René

 René COUGNENC

  Linux, Usenet et quelques autres lui doivent beaucoup.
  René avait traduit les livres sur Linux de Welch et Kirch et gérait le BBS renux longtemps avant qu'Internet devienne un sujet à la mode.
  Il a toujours fermement défendu Usenet lors des incursions des cyber-blaireaux et il le faisait avec humour et vigueur (c'est un euphémisme).

 Stephane Bortzmeyer

 Photo Freenix 


René et Internet (24 Jul 1995)

Ceux qui ont été appâtés par le terme "multimédia" qu'on lit à propos de tout et n'importe quoi, considèrent en voyant la lenteur de réception de quelques images de mauvaise qualité ou de son qui ferait honte aux premiers 78 tours, que cette débauche technologique hors de prix est ridiculement moins performante que le premier téléviseur noir et blanc.

Le problème est de savoir quoi leur communiquer : nous savons tous que l'accès à un réseau mondial d'ordinateurs va être une révolution, mais comment le faire toucher du doigt à des personnes qui n'en ressentent pas encore le besoin, puisque nous ne disposons pas des applications nécessaires, pour la simple et bonne raison que tant que le réseau ne sera pas distribué partout, nous n'avons pas encore idée de ce qui se fera vraiment avec.

Comment leur expliquer que ce qui est fantastique c'est de pouvoir connecter des ordinateurs distants ensemble, mais que c'est une opération qui n'est pas spectaculaire. Comment leur expliquer qu'un ordinateur, ce n'est pas forcement une grosse boite compliquée avec un clavier déroutant, mais qu'il y en a partout, des microprocesseurs qui animent des appareils de toutes sortes, et qui pourraient communiquer ensemble.

Et si le message passe, comment ensuite faire comprendre que lorsque le jeune cadre dynamique interrogera, en prenant son petit déjeûner, tour à tour le réseau de sa boite puis la chaudière de sa maison de campagne, il ne sera pas forcément espionné dans un "fichier informatique" par Big Brother. Ca, ca va être encore plus dur :)

Ils s'imaginent qu'Internet ce sont les services que nous utilisons tous en ce moment, ils ne comprennent pas qu'il s'agit du réseau de communication, uniquement. Et ma concierge devant les News, j'imagine assez sa tronche; surtout avec les readers actuels que nous adorons, nous :-)

Sans doute, tout cela est jeune; les gens n'ont pas assimilé et exploité le téléphone, puis le fax, en 24 heures. Donnons leur la possibilité du Net et laissons l'imagination des développeurs et utilisateurs faire le reste. Les services actuellement disponibles sur les machines reliées au Net sont performants, efficaces et indispensable à beaucoup, mais ils ont été créés pour les utilisateurs qui ont fait ce réseau, et se cantonnent donc essentiellement aux domaines scientifiques. Si le Net s'ouvre, la créativité jouera dans bien d'autres domaines.

L'idéal c'est que le réseau soit transparent, naturel, invisible pour le blaireau moyen. Tout comme il ne pense pas au gigantesque maillage d'EDF lorsqu'il allume la lumière : pourtant l'électrification s'est, en son temps, heurtée à bien des réticences également.

Tout le problème sera alors de contenter tout le monde, avec des liaisons suffisamment performantes pour que le gars qui a ouvert un xterm pour travailler sur une machine d'un site distant, ne pique pas une crise de nerfs en le voyant se geler dès que Marcel Dugenou passera ses vacances tournées au camescope à sa grand-tante de Romorantin. Mais pour l'instant, les sites connectés sont encore peinards pour un moment; et il y aura peut-être d'autres réseaux dédiés, pas un seul gros Internet. Mais ce serait quand même bien qu'ils puissent communiquer, et qu'il utilisent une technologie éprouvée, bien définie et largement implémentée, plutôt qu'une norme propriétaire à la con... et là... je suis assez pessimiste :-)


René et le câble (13 Jul 1995)

Chez moi à Antony, depuis pas mal de temps le câble passe à ma porte, et régulièrement je jette les représentants qui veulent me vendre un abonnement à cette merveille télévisuelle.

Hier, en sortant de chez moi, je me trouve nez-à-nez avec ce représentant du câble, qui allait sonner chez moi. Difficile de lui dire que je suis absent. Je lui explique donc que je suis pressé, mais que je veux bien le recevoir demain, à une condition : qu'il me dise si oui ou non, ils ont prévu une connectivité IP au réseau Internet avec leur machin. C'est cela dont j'ai besoin, pas de la télévision.

-- Mais bien sûr, Monsieur, téléchargement, jeux, tout ça !

Bon, j'essaie de ne pas rire car je suis pressé, et nous convenons d'un rendez-vous aujourd'hui donc, Jeudi, où il m'expliquera tout ça et combien ça coûte.

Le gars arrive, avec une heure de retard. Moi, naïf, je me dis que c'est sans doute parce que ma demande est encore inhabituelle et qu'il a du rassembler documentation et dossiers, autres que les trucs en quadrichromie vantant la télé par câble.

La suite de l'entretien me montra qu'il ne savait pratiquement rien de ce domaine, et n'avait rien préparé. Il était sympathique, mais visiblement n'a aucune formation sur le sujet.

Mais il m'a promis monts et merveilles, en étant honnête, c'est-à-dire aucun délai, aucun tarif : "tout est prévu Monsieur, ça se fera mais rien n'est encore planifié ni estimé". Mais, il m'a dit que ça marchait déjà comme expérience à Paris, et que les gens en étaient très contents et que ça ne serait pas très cher : le raccordement sera gratuit et il y aura un modem en location si on veut le louer.

Il m'a promis Internet, je lui ai fait préciser que c'était bien l'Internet direct full IP aucun filtrage le vrai, et que oui, ils auraient un serveur de News local, routeront des reseaux de classe C pour qui en voudra, etc etc : Il répondait, en fait, "oui" à tout ce que je disais. Visiblement, il ne comprenait pas tout, et on lui a bourré le mou.

Car si lui, n'avait rien préparé pour cette entrevue, moi, pendant que je poireautais à l'attendre, j'avais préparé mon dossier :-)) Et je lui montrai alors, quelques copies papier de quelques articles de News Usenet sur le sujet, qui contredisaient tout ce qu'il venait de m'affirmer. Il a fallu que je lui précise que ca provenait bien "du réseau Internet" et que "c'est lisible dans le monde entier", car il voyait bien que ca ne ressemblait pas tout à fait à un fax, ce papier là :-))

Il aurait fallu voir sa tête, et le long silence qui a suivi, pendant qu'il lisait ces quelques articles. Très, très, très embêté le gars. Disant "ce n'est pas le discours que l'on nous tient à la boîte". "c'est bizarre". (Et, moi, de me dire en moi-même que c'est effectivement très bizarre. Il avait l'air vraiment sincère).

A suivi une courte discussion sur un ton moins commercial. J'avais frappé un coup :-)

Puis, une fois m'avoir assuré que lorsque ce serait prêt, "ce ne serait pas ça" parce qu'il a bien compris que je ne prendrai pas son pseudo-réseau si c'était comme ça, le commercial est revenu au galop, et là, ce fut géant :

L'installation est actuellement gratuite à titre de promotion. Il me fait un grand argumentaire que l'Internet, aucun délai n'est prévu mais c'est bien le diable si dans un an ils ne sont pas en mesure de me connecter, et qu'en attendant je peux déja profiter de la promo : j'économise pres de 1800 balles de frais d'installation, je n'ai que l'abonnement au câble TV à payer, très modique, en attendant je reçois la télévision par câble et dès que l'Internet est dispo chez eux, paf, je suis connecté le jour même, puisque j'ai déjà tout.

Et là, moi : - La télévision ? avec quel téléviseur ?

Le mec, d'un coup, scrute l'appartement et réalise que je n'ai pas la télévision, et que je n'en veux pas, pas plus que de redevance TV. Moi, c'est l'Internet que je veux sur son câble, comme promis.

J'avais frappé un second coup, plus rude :-)

Il a donc décidé de prendre congé, et a promis de me tenir au courant. Il a pris mon adresse, sur le papier que je lui ai tendu (je prépare toujours un truc imprimé, à cause de mon nom imbittable pour certains).

Dessus, il y avait mon nom, et mon adresse électronique. Je lui ai expliqué ce que c'était, il n'avait pas l'air de savoir, car il est parti en me disant "je vous enverrai donc un Fax".

Vite, vite, il faut pondre une extension Fax a Sendmail, j'attends des nouvelles de l'Internet par le câble :-))


René et le Web (2 Jun 1995)

Le problème, d'après le peu que j'en ai vu, c'est qu'au départ, HTML était un truc génial, super simple et efficace pouvant être employé par tout un chacun pour la diffusion de documents structurés.

Des millions de gens s'en servent (servaient) pour diffuser des documents structurés, que ce soit mondialement ou en local. (J'ai plein de docs locales a ma machine, SGML transcodées en HTML et c'est souvent bien plus pratique que la commande "man"). Ces documentations sont visualisables, donc utilisables, sur toutes sortes de supports.

Ce n'est pas très compliqué de comprendre qu'un même document structuré peut apparaître différemment selon qu'il est affiché sous X Window, en Vidéotex ou dans le style d'une revue imprimée périodique, tout de même, non ???

C'est un outil très adapté et il y a peu de chances qu'il disparaisse, et louons le CERN pour cette réalisation.

Or on dirait que le fameux NetScape et l'évolution du truc font qu'ils voudraient en faire une usine à gaz imbittable pour faire un croisement de minitel, PostScript et télévision couleurs.

C'est quand même dommage qu'en informatique, dès que quelque chose est simple, et fonctionne de manière satisfaisante, il faille absolument le compliquer à outrance et créer des incompatibilités :-(

Parfois je me félicite que que le fil à couper le beurre n'ait jamais été repris par des informaticiens. Si ça se trouve il ne serait même plus compatible avec tous les beurres.

C'est-à-dire que ça n'aura plus rien à voir, et que dans ce cas ils feraient mieux de pondre une DTD ou je ne sais quoi à part, plutôt que de casser un outil pratique....

Un jour, des gens qui n'ont rien compris ont entrepris de réinventer le PostScript couleurs avec ça, ce qui n'a rien, mais rien à voir, l'argent, la mode "Internet" et la frime sont rentrés dans le jeu, et voilà, tout est cassé.


René et Usenet (29 Aug 1995)

Maintenant, puisqu'il y a eu débat, tout ce que je peux dire c'est que j'ai déjà vu mourir beaucoup de belles choses dans ma vie parceque la "société" a voulu s'en emparer, les légaliser, réglementer, "pour leur bien". C'est tout. Ca va arriver a Usenet et Internet, je trouve ça dommage. Malheureusement, c'est inévitable; disserter sur l'humanité, son génie et sa connerie nous entraînerait bien trop loin, et je n'ai largement pas les capacités intellectuelles nécessaires :-)

Lorsque ça se passera, comme beaucoup d'autres je repartirai en nomade, encore une fois défricher encore un autre domaine passionnant dont je n'ai pas encore idée, avant que là aussi, la société bien pensante débarque pour vouloir faire notre bonheur malgré nous, en refusant de comprendre qu'on le vivait, et que tout va bien merci, on n'a besoin de rien.

A moins que d'ici là, un cancer, une cirrhose ou un mauvais passage clouté ne m'emporte, pour conclure la vie trop remplie que je me suis bien marré à mener. D'autres l'ont vécu avant moi, et je peux donc prédire comment ça se passera : pendant qu'une bande d'amis fera un bon banquet à ma santé en se fendant la poire et en se rappelant les bons moments, bon nombre d'autres se lamenteront et me trouveront d'un coup quantité de qualités que je n'ai jamais eues, et me plaindront beaucoup. Inutile de dire de quel côté va ma préférence :-)


4 Sep 1995

Merci de ne pas relancer une polémique débile qui s'est terminée il y a un bon moment dans un seul groupe, en cross-postant volontairement dans deux autres et en changeant le sujet pour un modèle bien accrocheur.

Merci de ne pas m'abreuver de courrier, sauf si, tous rentrés de vacances, vous avez du temps à perdre : ma machine sera arrêtée à partir du 10 septembre, définitivement inaccessible.

Bref: lâchez moi, si vous en êtes capables ! Continuez à vous engueuler entre vous, si ça vous amuse : je suis trop con pour jouer à ce jeu, sans aucun doute :-)

Laissez vivre les cons. Ne tentez pas de les coloniser. Merci pour eux.



[Ecrire à l'auteur]